Présentation

HISTORIQUE DE L’ASSOCIATION « BETH RIVKAH »

La Maison d’Enfants de Yerres a été créée en 1947, au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans le but d’accueillir des enfants orphelins ayant échappé à la mort pendant la guerre, pour leur proposer un hébergement et leur donner les bases élémentaires d’une éducation. Dans les années 60, ce lieu s’est progressivement ouvert à l’ensemble des enfants de la communauté juive, laquelle est fortement représentée dans le Val d’Yerres.

Au fil des années, la maison d’enfants BETH RIVKAH s’est développée autour d’une mission éducative globale et ambitieuse, tournée en particulier vers les enfants issus de milieux défavorisés, ou rencontrant des difficultés à évoluer dans leur structure familiale.

L’association BETH RIVKAH, est restée fidèle à sa vocation sociale d’origine. Elle souhaite soutenir les enfants qui en ont besoin dans tout leur parcours, et ce dès leur plus jeune âge, tant dans leur éducation scolaire que dans leur développement personnel. Aussi, BETH RIVKAH a progressivement pu mettre en place un véritable projet, en s’appuyant notamment sur une forte mobilisation humaine de la communauté.

Au fil des années, se sont mis en place :

un véritable complexe scolaire qui permet aujourd’hui à un enfant d’effectuer toute sa scolarité, depuis la maternelle jusqu’à la terminale ; l’établissement ne comporte aujourd’hui pas moins de 24 classes et un internat ;
un ensemble d’activités « hors cadre scolaire » dans les domaines culturels, artistiques, ayant pour objectif de contribuer au développement de la personne ;
une crèche et un jardin d’enfants, pour les plus petits.

En 50 ans, l’association BETH RIVKAH est devenue une institution reconnue au plan international, par son caractère exemplaire et la qualité du projet pédagogique qui sous-tend la démarche.
La renommée de l’établissement draine des familles bien au delà du Val d’Yerres ; pour les classes « supérieures », des élèves arrivent de toute la région Ile-de-France et de province.

L’association accueille aujourd’hui près de 600 enfants, de 3 à 17 ans, et représente environ 256 familles. Sur le plan scolaire, l’établissement dénombre 24 classes, à l’heure actuelle.
Une partie d’entre elles est sous contrat d’association avec l’Etat, le reste est géré directement par l’association.

LA SITUATION ACTUELLE

Depuis quelques années, l’association connaît une nouvelle phase de développement importante. Plusieurs classes ont en effet été « récupérées » par l’Education Nationale alors qu’elles relevaient jusqu’alors directement de l’association.
Ce mouvement, qui se poursuit, est le signe du crédit accordé à l’institution, en même temps qu’il soulage l’association d’une part des coûts de fonctionnement (salaires) et d’entretien des locaux.

Des négociations sont en cours avec différents bailleurs pour procéder à une extension des infrastructures, qui deviennent exiguës ; un projet de construction d’un nouveau complexe socioculturel est en effet à l’étude.
On y trouvera notamment une bibliothèque, un laboratoire d’initiation et de perfectionnement aux langues étrangères, une salle équipée d’ordinateurs, un stade, une salle des fêtes.

Début 2000, BETH RIVKAH s’est appuyée sur le programme « Nouveaux services, Emplois jeunes » et a investi sur la mise en place de nouvelles activités au profit des enfants, en dehors des heures scolaires, dans les domaines suivants :

-l’écoute et le soutien auprès d’enfants en situation difficile ;
-le soutien scolaire ;
-l’initiation aux nouvelles technologies ;
-le développement d’activités culturelles, notamment par l’ouverture d’une- bibliothèque ;
-le développement d’activités sportives.

Il s’agit soit de proposer de nouveaux « services », soit de structurer davantage des actions qui existaient déjà. Dans tous les cas, les jeunes sont venus soutenir et consolider une organisation qui rencontrait les limites d’un fonctionnement assis en très grande partie sur le bénévolat.

L’arrivée de jeunes sur ces postes a eu des effets bénéfiques incontestables (fréquentation importante des activités, redynamisation, effets positifs en terme d’image). Cette nouvelle donne à généré une nouvelle demande de la part des familles
Aussi BETH RIVKAH se voit dans le besoin de renforcer certaines activités, qu’une seule personne ne peut conduire à bien, tant la demande est importante. Elle ressent également le besoin de développer davantage de partenariats avec l’extérieur, notamment en vue de générer de nouvelles ressources pour consolider la structure et permettre le développement de nouvelles actions à moyen terme.